Domaine la Tourraque, ce coin de paradis au cœur de la Provence

Il pleut, il vente, un nouveau confinement plane au-dessus de nos têtes… bref la vue depuis ma fenêtre est quelque peu morose… 
Nostalgique de l’été dernier, je repense à mes vacances en famille…

Grimaud, la Provence, 34 degrés, ciel bleu, les restaurants ouverts et pas encore de masques dans les rues. 

En cherchant sur nos téléphones « quelques » domaines viticoles dans la région avec ma femme, on tombe sur le domaine de la Tourraque à Ramatuelle. L’article parlait d’un domaine tenu par des frères, vignerons indépendants, enracinés sur une terre quasi sacrée qu’est la réserve naturelle de la Bastide Blanche. Une nature mi sauvage mi cultivée entre le cap Lardier, et Cap Taillat, face à la baie de Briande. Un lieu où les vignes se jettent dans la mer sous un soleil couchant à couper le souffle…

Adjugé ! Un ptit message via les réseaux sociaux et le domaine nous attend !

Pour s’y rendre, nous avons emprunté l’une des plus belles routes. Celle qui traverse les vignes des domaines les plus reconnus, bordée de lauriers fleuris et de cyprès puis qui slalome de Gassin à Ramatuelle.
Enfin, nous traversons le lieu-dit de Roumégou et au bout, rien, ou presque…
La route laisse peu à peu place à de la piste, terreuse, sèche et ocre… bordée de chênes verts, au milieu de légers vallons. (Merci Waze 😄) Pour ceux qui ont déjà pris des chemins de brousse, c’est tout comme.

Bref cette piste où il vaut mieux ne pas venir trop bas de caisse, vous prépare, vous initie à la suite. Vous doutez d’abord d’être sur la bonne route… puis viens le panneau du domaine, « aaaah jle savais ! ».
Une fois rassuré, vous kiffez cette route cabossée ! Vous qui étiez en mal d’aventures à votre bel hôtel gîte, pris dans un combo fatal transat-rosé-piscine ! 
Vous ouvrez la fenêtre, vous prenez une bouffée d’air, vous écoutez les cigales, vous vous prenez pour un pisteur, un cowboy, un fermier, un guide… bref t’es un touriste quoi !
Le chemin est long et c’est tant mieux ! Il ne fait qu’accentuer ce sentiment d’avoir trouvé une pépite !

Nous voilà arrivés ! 

Un Chai simple aux couleurs du Sud, posé sur une butte qui surplombe les vignes. Quelques chaises à l’ombre d’une pergola vous invitent à vous assoir et à contempler. Le vent est bien présent, et fait bouger tous les oliviers, chênes et pieds de vignes dans un ballet synchronisé. Le tout presque en silence, si ce n’est le bruit des feuilles… 

Place à la rencontre ! 

C’est Guillaume, l’un des deux frères actuels propriétaires qui nous accueille avec le sourire. Il nous raconte comment sa famille présente depuis 200 ans cultive cette vallée face à la mer.
A l’origine c’était une polyculture de céréales, de légumes, de fruits, d’oliviers, de vin bien sûr et d’un peu de bétail. Puis, le raisin a pris l’ascendance. Cette mémoire du sol qui nourrit ses hommes, a conduit à un respect de la terre et de la nature environnante. Perpétué aujourd’hui par une agriculture biologique.

Il m’explique la trentaine d’hectares et les nombreux cépages présents :

  • Grenache
  • Mourvèdre
  • Carignan
  • Syrah
  • Rolle
  • Sémillon
  • Ugni Blanc
  • Cinsault
  • Tibouren
  • Muscat

Également comment un incendie ravageur en 2017 a brûlé 40% des vignes avec son impact sur les récoltes. Un coup dur dont la famille se relèvera. 

On lui a proposé aussi de racheter le domaine !  Proposition alléchante, et gentiment déclinée. Il faut dire qu’avec leur emplacement, le domaine figure parmi les plus convoités et les plus rares. Intégré au parc national de Port-Cros depuis peu, zone classée réserve naturelle avec sa côte sauvage et ses criques paradisiaques…

D’ailleurs j’avais entendu parler de vignes se jetant sur la mer… ? 

Je n’ai pas eu besoin d’en parler, Guillaume m’invite de lui-même à monter à bord de son 4×4 d’exploitation, le bon tout terrain increvable et poussiéreux. Celui où t’ouvres la porte en passant par l’intérieur.  J’adore ! j’ai le sentiment de monter dans les véhicules de ferme de mon grand-père ou de mon oncle. Ça sent le labeur et la terre…

Nous voilà donc en train de grimper la colline par un chemin défoncé au milieu de la garrigue et de quelques maisons de privilégiés. Puis, arrive la ligne d’horizon et la mer… D’ici, la petite parcelle de vignes en contre bas paraît s’arrêter à flanc de falaise. La voilà, la parcelle que Guillaume a plantée il y a peu. Un « pari », pour cet hectare de Grenache dont il espère en tirer quelque chose de surprenant.
Le panorama est grandiose, à gauche Cap Taillat, à droite Cap Lardier. On aperçoit les eaux turquoise, et de rares bateaux au mouillage de criques. L’endroit appelle à la contemplation et un verre de rosé 😀

Cap Taillat

Après cette belle émotion, place à la dégustation !

J’étais parti dans l’idée d’apprécier naturellement les rosés et d’apprendre à mieux connaître les rouges de Provence… pourtant c’est les blancs qui nous ont très agréablement surpris ! 

Les 3 cuvées :

-Cuvée Joseph Brun (1 rosé, 1 rouge, 1 blanc)
-Cuvée Classic (1 rosé, 1 rouge, 1 blanc)
-Cuvée Harmonie (1 rosé, 1 rouge, 1 blanc)

Les incongrus :

-Rosé l’Intrigue
-Blanc La Briande

Les rosés sont agréables, différents, aromatiques, il y en a pour tous les goûts. Celui qui le voudra « gris » et l’autre plus prononcé.
Moins conquis par les rouges plus légers que ce que j’aime habituellement. Néanmoins la cuvée « Harmonie » passé en fût d’Acacia est séduisante.
Les blancs ! Je ne sais pas pourquoi, à notre surprise c’est ceux-ci qui sortent du lot. Je pense que c’est à force de boire trop de Loire, on en oublie le reste du Monde.
D’ailleurs voici nos deux coups de cœur :

*Blanc cuvée Harmonie, 100% Rolle :
6 mois de barriques, très aromatique, salin, un vin complexe et gourmand avec des arômes de fruits jaunes, idéal pour de grands plats.

*Blanc La Briande, 100% Muscat :
Un vin légèrement doux élevé en barriques d’Acacia. Au nez, une explosion d’arômes, les fruits assez marqués comme la poire, la pêche, on s’attend à un vin liquoreux. Puis en bouche, c’est assez rond et gras, mais avec une bonne tension. Idéal en apéritif et même au dessert. A savoir qu’il y a très peu de quantité sur cette cuvée (1 barrique annuelle dernièrement), mis en bouteille de 50cl d’ailleurs.

Voilà ce qui repartira principalement sous nos bras !

Je sais que les dégustations et visites sont ouvertes à tous. Mais je ne sais pas si Guillaume et son frère ont le temps d’emmener systématiquement les visiteurs face à la mer. Je m’estime chanceux d’avoir vécu ce moment. Pour la vue et pour la disponibilité et gentillesse de Guillaume. On leur souhaite de pouvoir toujours garder ce coin de paradis, de le transmettre en famille et d’accueillir toujours les curieux et passionnés avec autant de soin.

Merci 

#Domainecoupdecoeur

Notre visite du domaine
Augustin

Augustin

Élevé aux Bordeaux, j'ai découvert (une fois que mon Livret A d'ado ne l'était plus) l'infinie palette de vignobles et cépages que nous offre notre terroir et au-delà même des frontières. Depuis je m'intéresse à tous vins d'où qu'ils viennent et en particulier si il y a une bonne histoire derrière... A propos de ma cave, je laisse le temps faire son office mais je ne le laisse pas non plus prendre le dessus...

Mes articles - Instagram

1 Comment

Laisser un commentaire