Les vins d’Alsace : Plus difficiles à prononcer qu’à déguster ?

Copains, Copines, lorsque nous avons créé ce blog, ce qu’on voulait avant tout c’était soulager notre conscience vis à vis de notre consommation de pinard; Je disais donc, lorsque nous avons créé notre blog nous souhaitions avant tout partager notre passion et nos découvertes (qu’elles soient bonnes ou mauvaises) avec toujours cette volonté de continuer d’apprendre et de surprendre.

Et c’est pour cela que nous sommes très heureux d’inaugurer cette nouvelle rubrique dans laquelle seront rassemblés les pires clichés sur le vin (ou les meilleurs, question de point de vue). Et autant que vous soyez prévenus, on va prendre un malin plaisir à vous prouver que dans le vin, bien malin est celui qui prétend détenir la vérité absolue 😉
On espère que ça vous plaira.

Les vins d’Alsace sont des vins sucrés (?)

alsace

blanche_alsace

Blanche n’a pas totalement tort. Nombreux sont-ceux qui ont le souvenir de Papa, fier de son Gewurztraminer vendanges tardives, bien sucré (voire liquoreux), pour accompagner les toasts de foie gras et saumon à Noël 😉
Les vins d’Alsace, dans l’esprit des français, sont des vins complexes, charpentés, aux notes sucrées, que l’on ne sort qu’aux fêtes de fin d’année.

Des vins trop associés à une occasion de dégustation

Nous les premiers, il ne nous arrive que très rarement d’acheter un vin alsacien, encore moins d’en commander au restaurant.
Mis à part dans le Nord Est et l’Est de la France où ces vins sont répandus, ils souffrent d’un manque cruel d’attrait et de notoriété.

Regardez autour de vous, quand vous allez au restaurant ou même chez des amis : vous ne trouverez que très rarement des vins d’Alsace, qui ne sont encore consommés qu’à des occasions bien précises (fêtes de fin d’année, cuisine régionale, brasseries alsaciennes). Les vins d’Alsace ne se consomment pas de la même façon que les autres vins, c’est-à-dire à toute occasion.

Mais pourquoi ces cépages souffrent-ils d’une telle réputation ? A-t-on raison d’attendre le vieux à la barbe blanche pour se déboucher une quille de d’Alsace ?

Qui l'eût cru ?

Des lacunes en terme de distribution

Nous avons alors regardé de plus près. Parmi les principaux acteurs français de la vente en ligne de vin, rares sont ceux qui font une place décente aux cépages alsaciens. Ce qui est curieux c’est le décalage entre la notoriété de ces vins et la réalité économique.
Dans les étalages de ces boutiques en ligne, les vins d’Alsace sont au coude à coude avec ceux du beaujolais, beaucoup moins populaires (là encore, sur le papier).

graph

Les distributeurs en ligne n’accordent pas une place très importante aux vins d’Alsace !

Et nous ne parlons pas de l’international, où bon nombre d’acteurs très sérieux choisissent carrément de les ignorer.

Nous sommes également tombés sur cette interview de Georges Lorentz (important négociant et producteur de vin alsacien) qui en dit long sur les préjugés dont souffrent ces cépages :
« La restauration constitue notre principal débouché : nous commercialisons d’importants volumes dans les brasseries alsaciennes et dans les restaurants à thème. Évidemment, les vins d’Alsace sont présents dans la grande restauration de la région, voire du quart nord-est de la France. En revanche, bien que la carte des établissements parisiens plébiscités par le Guide Michelin propose en moyenne une quinzaine de vins d’Alsace, nos ventes restent marginales dans les restaurants des autres régions. Si nos vins peuvent s’adapter à tous les types de mets, les clients, voire les sommeliers, n’en sont pas convaincus. Nous devons donc consentir à un important effort de communication »

A-t’on raison de penser tout cela ? Evidemment, NON 🙂

Soyons sérieux 2 minutes. Les vins alsaciens, beaucoup connaissent mais peu achètent. Les amateurs connaissent les cépages mais sont incapables de citer un éventail de producteurs.

Pourtant, l’Alsace est un vignoble de taille raisonnable (il ne fournit que 1,2 millions d’hectolitres, contre 7 en Gironde, par exemple [ces chiffres datent un peu, si vous en avez des tous frais, n’hésitez pas en commentaires ^^]). La production alsacienne est donc bien plus cohérente que celle de la Gironde ou du Languedoc.
Cela n’empêche pas une gamme aromatique très large avec pour paroxysme le Gewurztraminer, le vin le plus exubérant de ce vignoble Alsacien.

6 cépages blanc : Le Sylvaner, le Riesling, le Muscat d’Alsace, le Pinot gris, le Gewurztraminer.
1 seul cépage rouge : Le Pinot Noir.

Une dégustation sous le signe de l’Alsace

Vos bien dévoués se sont mis au boulot ^^

3 vins blancs secs pour déguster en toutes occasions :

RIESLING 2012 – LES PRINCES ABBES – DOMAINE SCHLUMBERGER

RIESLING 2014 – MARCEL DEISS (Bio)

PINOT GRIS RÉSERVE 2013 – DOMAINE TRIMBACH

riesling-cepage-alsace

c’est parti pour le test

RIESLING 2012 – LES PRINCES ABBES – DOMAINE SCHLUMBERGER :

Le Domaine Schlumberger est l’un des plus connus et réputés d’Alsace. 50% de leurs vignes sont plantés en Grands Crus. Un beau domaine familiale depuis 1810 !
Ce Riesling 2012 était au nez très frais, fruité avec des notes d’agrumes. Il présageait de la puissance et de la minéralité. On retrouve en bouche ce côté fruité par les notes d’agrumes, et un peu d’épices. Celui ci est un peu moins sec, mais on est loin du liquoreux quand même !

C’est un vin bien agréable, a boire toujours très frais, en apéritif avec un beau plateau d’huitres, ou bien à table avec du poissons, voire du fromage. En tout cas il fera parfaitement l’affaire pour Noël mais pas seulement !

Un très bon rapport qualité prix, qui peut se garder jusqu’en 2022. On peut le trouver là !

RIESLING 2014 – MARCEL DEISS (Bio) :

Domaine cultivé en biodynamie 🙂 on aime, c’est également une affaire de famille, qui propose des vins complexes et nobles. Le domaine cultive 27 hectares pour 220 parcelles, ce qui offre une très grande diversité.

Ce Riesling 2014 est aussi bien sec, rafraichissant et tonique ! On a également une dominante d’agrumes, citron au nez, évoluant sur de la mandarine, pamplemousse après aération. Porté aux lèvres, on confirme ces agrumes de manière tonique, et les connaisseurs y sentiront de l’écorce d’orange, tout en minéralité 🙂

C’est une belle manière d’apprendre à connaitre les vins d’Alsace, avec finesse et plaisir.  Accompagnez le de poissons et/ou crustacés, ou de volaille 🙂

Pour le plaisir c’est ici !

PINOT GRIS RÉSERVE 2013 – DOMAINE TRIMBACH :

L’un des plus vieux domaines d’Alsace et de France probablement : 1626 ! Toujours cultivé par la famille Trimbach !

Vous avez forcément déjà vu ces étiquettes jaunes un peu partout, typique de la maison, et ce nom « Trimmbac ? Trimbache ? Trinbach ? Hein quoi qu’est ce qu’il dit ?!! » ^^ ok on va loin…

Le Pinot Gris « Réserve » 2013, est assez étonnant. Bien sec, typé, il a lui aussi des notes fruitées mais plus douces et grasses. C’est un vin généreux, peut être celui des 3 à sortir plus occasionnellement. On a tendance à le recommander avec de la cuisine exotique et épicée. Notre avis est de ne peut être pas commencer par celui ci pour renouer avec les vins d’Alsace hors fêtes de fin d’année. Mais osez le, et il se garde bien 🙂

Clique si tu veux en savoir plus, parce que l’on a pas été bons :p

 

vin-alsace

Pinot Gris Trimbach 2013

deco-vin

Voilà, on espère qu’avec ces quelques notes sur notre belle région Alsacienne et ses vins que l’on peut trouver, vous n’hésiterez plus à tenter une bouteille du CRU hors brasserie à Flammekueche, fête de la bière ou Noël ! ;D

Vos bien décuvés, Matt & Gus !

 

alsace-vin-blanc-sec

Augustin

Augustin

Élevé aux Bordeaux, j'ai découvert (une fois que mon Livret A d'ado ne l'était plus) l'infinie palette de vignobles et cépages que nous offre notre terroir et au-delà même des frontières. Depuis je m'intéresse à tous vins d'où qu'ils viennent et en particulier si il y a une bonne histoire derrière...

Mes articles - Instagram

Pose ton verre lache ton comm